top of page
  • lesmotives32

Fabrication du vitrail

Dernière mise à jour : 17 avr. 2021

Avec le XIIème siècle, les ateliers de peintres verriers se multiplient sur les chantiers des cathédrales où chaque maître à son propre style.


Les verreries étaient souvent installées à la lisière des forêts. On y fabriquait le verre en chauffant, à partir de 1500 degrés, un mélange composé d’un tiers de sable et de deux tiers de cendres de fougères et de hêtres. La feuille de verre à vitrail est obtenue par soufflage, à la bouche d’un manchon cylindrique de verre en fusion, cueilli au bout d’une canne creuse, fendu dans sa longueur puis déroulé à plat.


C'est le maître-verrier qui dessine un modèle grandeur nature. La feuille de verre est alors découpée selon les contours de cette maquette dont le tracé a été porté sur un "carton fort".



Les verriers découpent le verre avec une pointe rougie au feu. Ces découpes sont ensuite peintes, grâce à de fines poudres d’oxyde de fer ou de cuivre mélangées à un fondant ou à un liant : ce sont les grisailles. De teintes très diverses, les grisailles dessinent sur le verre les traits et les effets de volume. La peinture est alors fixée sur le verre par cuisson dans un four, chauffé à 630°, durant 4 à 5 heures.



Les découpes sont assemblées comme une mosaïque et serties dans un maillage de plomb.

Le vitrail est ensuite démonté, transporté dans la cathédrale, remonté et fixé à son emplacement. Ces vitraux pouvaient résister à des vents de plus de 150 km/h.



11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page